Livre d’or

 ahwgi10f.gif

 Laissez-moi un petit mot si ça vous dit
dans la section commentaires

Publié dans : ||le 23 février, 2007 |13 Commentaires »

13 Commentaires Commenter.

1 2
  1. le 1 mars, 2007 à 11:54 zef écrit:

    je te dit encor une fois « BRAVO ton site est superbe et moi qui adore les beau poeme avec toi je suis gatée
    continue

  2. le 4 mars, 2007 à 15:52 Maria écrit:

    Bonjour Solédane,
    tes mots sont sensibles et délicats…
    Puis-je mettre ton blog en lien sur le mien?

    Dernière publication sur Esquisses Immatures - Maria Lourenço : Breuvage inapproprié

  3. le 4 mars, 2007 à 17:50 soledanes écrit:

    Bonjour Maria,
    Merci pour ton message
    C’est avec plaisir que je te dis oui.
    Sur mon blog il y a un endroit bien précis ou tu peux y déposer le tien ..
    C’est dans (laisse ton blog ici et je viendrai te rendre visite)
    a bientôt

  4. le 5 mars, 2007 à 1:15 eL nipaL écrit:

    Une plume

    Un jour lointain, un bel oiseau de vie
    Perdit une plume qui me donna envie…
    Je la pris et de suite, sans cesse,
    La voila virevoltante de toute sa jeunesse.
    Pleine d’entrain, avide de découvrir
    Les joies, les plaisirs, l’amour, sans souffrir.
    Elle composa pour Elles tant de prose
    La passion qui décrit les belles choses.
    Elle ne connu, ni la fatigue, ni l’angoisse
    De la page blanche que l’on froisse.
    Mais avec le temps vint les déceptions
    Et elle si joyeuse, si entière fit exception.
    Cette Plume, jadis si alerte et si vive
    Avait perdu sa raison d’être active.
    Elle fût donc rangée presque oubliée
    Belle récompense que d’être ainsi délaissée.
    Après de si bons et loyaux services,
    Ne plus servir la joie et les bons offices.
    Mais défendre les fausses notes de la vie
    Eternelle avocate acerbe, cruelle et ravie.
    Alors pour remplir ce rôle ingrat et sans espoir
    Elle resta sacrifiée et perdue dans un tiroir !
    ~
    Cette Plume aujourd’hui, je l’ai reprise pour toi
    Pour répondre à cette louable profession de foi
    Qui donne tellement de justesse à cette tristesse
    Omniprésente, celle qui dérange et qui blesse
    Cette plume je te la donne, tu la mérites plus que moi
    Mais uniquement pour exalter un hymne à la joie.
    eL nipaL

  5. le 5 mars, 2007 à 10:54 soledanes écrit:

    Bonjour eL nipaL

    Pour ce superbe cadeau, merci.
    Cette plume, je vais en prendre soin, mais quand dans ma main elle sera, seul mon coeur la guidera et dans la fusion de mes mots sur ma feuille elle glissera.
    Promesse d’exalter un hymme à la joie je ne peux pas, car je ne serais plus moi….

    Merci

  6. Créer un blog gratuitement sur Unblog.fr

    Oops ! Une erreur est survenue.

    L'accès au blog est momentanément impossible,
    veuillez nous excuser et ré-essayer dans quelques instants.

    Retour ou Écrivez-nous si le problème persiste.