Archive pour la catégorie 'Poeme'

L’abécédaire de l’amour

r423sca2.gif

Aube d’une vie rêvée,
Bouillonnante d‘espoir,
Croire enfin aux mots si souvent galvaudés,
Désirs susurrés  dans le creux de mon épaule,
Envies caressant doucement  mon âme.
Fantasmes vivants en d’intenses caresses,
Générosité du cœur qui se donne tout entier.
Hier n’est plus qu’un souvenir, trop lointain mais si palpable encore.
Intensité du plaisir qui vous fait vibrer, ne plus rien penser,
jouir à pleine dents, à plein corps
kyrielle de sensations inédites,
Lave en fusion dans les veines des amants,
Magma dans le cœur, communion des corps et des âmes… 

Nuits torrides chassant de mornes journées,
Orgasmes finissant en larmes de bonheur
Palpitantes minutes où les cœurs battent comme des fous …
Quintessence d’une joute amoureuse.
Reine, de ton cœur, à jamais je le suis …
Silence ! Pour mieux te retrouver,
Tendresse ronronnant de chatte repue …
Uniques, sont ces instants magiques…
Vifs et troublants sont nos duels,
Week-end à deux sous la couette , sensations
XXXL au bout de ma langue gourmande, goûtant le sel de ta vie
Yin et Yang, corps enlacés, attente et paroxysme, 
Zénith pour que nos corps rassasiés retombent enfin, alanguis, au creux du lit.  

Solédane

L’abécédaire de l’amour   dans Poeme Sceau1

Publié dans:Poeme |on 15 décembre, 2007 |12 Commentaires »

Je pense,

couchdesoleil.gif

  • Seule dans le noir,

  • je pense.

  • Je regarde,

  • J’espère…

  • La nuit est noire,

  • Pourtant les étoiles brillent,

  • Mais mon cœur est triste,

  • Dans cette solitude si sombre.

  • J’essaye de comprendre,

  • Ce sentiment à la fois agressif et parfois tellement tendre,

  • Magie où feinte,

  • Mélangeant plaisirs où épreuves.

  • Souffrances où errances,

  • Passions et poisons.

  • Oui souvent dans le noir je pense,

  • Qu’est ce donc qu’aimer ?

  • Pourquoi nous donner cette faculté ???

  • Si c’est pour souffrir…

  • Nature, je te hais,

  • Je ne sais qui donna à l’Homme

  • Ce sentiment qui me blesse tant,

  • Mais je te rends responsable.

  • Je suis cependant ni ange, ni démon,

  • je ne sais qu’aimer

  • Voila tout …
  • Seule dans le noir …

  • Je n’ai qu’une envie :

  • ne plus penser,

  • Ne plus souffrir,

  • Ne plus me souvenir … 

Solédane. 

Publié dans:Poeme |on 10 décembre, 2007 |6 Commentaires »

Mon âme rêve aux étoiles.

image71.jpg

  • Cet irrésistible désir de partir,

  • Loin dans cet espace, nourri du silence

  • D’un monde sans souffrance.

  • Et comme un ange sur le tapis du vent,

  • elle regarderais l’océan.

  • Mon âme voyagerais, toujours plus loin

  • Sur un nuage, mousseline de douceur.

  • Envie de m’envoler et sur lui me reposer.

  • Mon âme rêve sur une étoile.

  • Oublie d’être sage, reste en pause.

  • Arrête de réfléchir, se laisse envahir ! …

  • S’enivrer de belles pensées positives.

  • Deux rivières de larmes fendraient ces pommettes,

  • Que la chevelure du vent viendrait éponger. 

  • Que cherche-t-elle dans ce ciel immense ?

  • Une chose, j’en suis certaine, oublier les peines et les tourments.

  • Se Pendre au sablier du temps,

  • Comme une pendule qui s’est arrêtée …

  • Je rêve d’espoir…

  • Imaginant un soleil au centre de toutes ces merveilles…

  • La tête dans les nuages,

  • Mon âme rêve aux étoiles…

  • Solédane

Publié dans:Poeme, tendresse |on 24 novembre, 2007 |11 Commentaires »

Désir,

femmeenbleu.jpg

  • Si j’étais la lune, j’illuminerais tes nuits
  • Je rayonnerais pour toi, réchauffant ta vie.
  • Je volerais vers toi tout en douceur, en légèreté.
  • Oh, si j’étais un rêve, je protégerais tes nuits,
  • Et, gardant tes désirs, je hanterais ton lit,
  • Ange, je serais là pour toi,
  • Pansant tes blessures et tes chagrins.
  • Au plus près de ton cœur, je serais ton bonheur.
  • Si j’étais un sourire sur la soie de tes lèvres,
  • Je valserais, ne me lassant jamais.
  • Ah désir de tes nuits, si j’étais l’amour…
  • Je t’apprendrais les saveurs du doux parfum de l’extase.
  • J’effleurerais ta peau de mes mains
  • En des jeux sensuels,
  • Tendresse à jamais gravée dans ton regard, 
  •  qui donnerait à ta nuit la clarté du grand jour.
  • Je donnerais à tes yeux les reflets d’une flamme.
  • J’écouterais le désir susurré par ton âme,
  • Mon chant de sirène glissant vers ton oreille t’envoûterait.
  • Souffle doux, musique du cœur, murmure de l’âme, mélodie d’amour.
  • Ah si j’étais l’amour
  • Mais je suis simplement Solédane.
  • Faisant de mon mieux, dans tes rêves, pour embellir ta nuit …
  • Solédane.

Désir, dans Poeme Sceau1

Publié dans:Poeme, tendresse |on 30 octobre, 2007 |6 Commentaires »

Je ne l’ai pas rêvé ?

image58.jpg

  • Je sens que ce dimanche ne sera pas comme les autres. 
  • La journée commence très bien. 
  • J’ai envie d’évasion. 
  • Mi septembre et la météo annonce une très belle journée. 
  • J’ai envie d’en profiter… 
  • C’est sûr, je pars pour l’aventure. 
  • Sans GPS, rien que du hasard, la voiture m’emmène à l’orée d’une très belle forêt. 
  • Un peu de marche me fera du bien. 
  • Le paysage est extraordinaire, les arbres ont déjà pris des couleurs de fêtes, passant d’un vert brillant à un ocre doré. 
  • L’air est chaud et les fragrances de cette forêt m’enivrent. 
  • Légère brise, j’ai l’impression d’entendre des soupirs, même respirer. 
  • Non, ce n’est pas mon imagination je l’entend murmurer. 
  • Il est là devant moi, immense, tellement beau, incroyable ! 
  • Je suis bouche bée, je l’écoute raconter, 
  • Je suis né il y a plus de 300 ans, aucune bourrasque n’a su me déraciner. 
  • De longues années de dur labeur, 
  • Le printemps, je m’habille d’une douce verdure et j’attire vers mon cœur les nids des oisillons. 
  • L’été venu, je suis le plus beau, mes feuilles vibrent, je respire. 
  • Mon chant est un délice de paix pour tous les passants qui se reposent sur mes grosses racines débordant de la terre. 
  • Je les couvre de mon ombre, je les protége de la pluie, du vent. 
  • Je crois que l’homme m’aime ? Mais moi c’est sûr, je l’aime. 
  • En automne, je me pare de couleurs à en rendre jaloux plus d’un… 
  • En hiver je suis majestueux, mon corps viril laisse voir sur mes veines, les traces du temps, guerres, amours, maladies, pollutions… 
  • Je vis dans un monde changeant, j’ai peur moi aussi de mourir. 
  • Car tous mes amis proches sont morts depuis bien longtemps. 
  • Je reste seul et je prie ce monde de m’épargner… 
  • Je parle, je parle, désolé je ne me suis même pas présenté ! Je suis un Hêtre, grand et fort, 
  • Tu es un « Être » ! Venu là puiser un peu de ma force, mon calme, ma liberté que je te donne volontiers. 
  • De mes racines au plus profond de la terre, je puise l’eau de vie qui me donne cette vigueur. 
  • Et à toi ‘l’Être je te la transmets  de tout mon cœur. 
  • Mais toi l’Etre égoïste, tu profites de ma force, de mon ombre, de mon réconfort. 
  • Mes yeux sont fatigués de ses visions de nature morte aux alentours 
  • Alors toi l’Être, réfléchis à ce que tu détruis. 
  • Il y a très longtemps ici ce n’était que ruisseaux, animaux, oiseaux et plein d’Hêtres comme moi, mais il n’en reste rien… plus rien. 
  • Alors toi devant moi, je t’implore de respecter la nature. 
  • Rien d’impossible ! il suffit de le vouloir vraiment. 
  • Et à toi l’homme, l’Être absolu, je te demande juste la vie, à toi dans tes guerres de faire le tri…
  • Je ne suis qu’un Hêtre, je ne le sais que trop bien… 
  • Et toi tu es un Être? Je n’en suis pas sûr !!! 
  • Et puis le Hêtre resta muet … comme si je venais de me réveiller. 
  • Un long moment, assise sur une de ses grosses racines, je suis restée là à réfléchir … 
  • Tellement de vérité dans ses paroles… 
  • Il faut vraiment réagir 

Solédane 

Publié dans:Poeme |on 1 octobre, 2007 |11 Commentaires »

Lettre pour toi…

7a9ibklq.jpg

  • Cette fois c’est trop 
  • Je t’écris cette lettre 
  • Il est temps de te le dire 
  • Je ne peux plus porter ce fardeau 
  • Tu me rends malheureuse 
  • Tu me colles à la peau.
  • Chaque jour qui passe.
  • Tu ne m’oublies pas. 
  • Cela fait des années que tu es là. 
  • Tes mots me font déprimer 
  • Tu ne devrais pas exister 
  • Je suis fatiguée d’essuyer mes yeux.
  •  
  • J’ai voulu fuir ta présence mais… 
  • Je n’ai plus le choix 
  • Alors je t’écris cette lettre, 
  • Ces mots venus de mon cœur 
  • pour toi  « Ma Tristesse » 
  • Ma très chère ennemie « La Tristesse »
  • Quand tu recevras cette lettre, je serai déjà loin. 
  • Les adieux, ce n’est pas mon truc … 
  • Il faut que je change certaine de mes 
  • fâcheuses habitudes. 
  • Stop aux mouchoirs, et aux yeux tristes, 
  • Aujourd’hui  je veux autre chose 
  • Je rêve d’espoir… 
  • Je rêve de toi « La Tendresse » 
  • Ne m’en veux pas  « La Tristesse » 
  • Je saurai vivre sans toi… 
  • Mais respirer sans « Tendresse », ce n’est pas vivre. 
  • Alors adieu, dans cette soirée de souvenir 
  • Je me libère de tes paroles qui me font souffrir. 
  • Au revoir à ce qui fut nous deux 
  • Ne pleure pas, nos corps qui se séparent 
  • Ne cherche plus à me retenir 
  • Demain pour moi sera un autre jour… 
  • Car j’ai ouvert mon cœur sur « L’avenir »  Adieu Tristesse  
  • Quand tu recevras cette lettre je serais déjà …  très loin.
  • Solédane
  • Lettre pour toi… dans Poeme Sceau1

Publié dans:Poeme |on 7 août, 2007 |27 Commentaires »
12345...8

Les amis d'Athéna |
La Rose Rouge |
CONCOURS LITTERAIRES 17 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ma spiritualité, ma poésie ...
| MAAT MA MUSE et la poésie t...
| cristal chronique utopique