Archive pour juillet, 2007

Danser sur la lune

dansersurlalune3.gif

  • C’est décidé, petit coup de fil. 
  • Ce soir, on sort tous les deux. 
  • Viens, viens, ne te fais pas prier. 
  • Je t’invite pour une folle soirée. 
  • Viens, viens,  danser sur la lune, 
  •  Avec moi, pour un petit pas de danse 
  • Qui te fera du bien.
  •  
  • Oublie ton univers, tes tracas, allez viens, 
  • Viens danser sur ce croissant de lune 
  • Pour la magie d’une nuit. 
  • Donne moi la main, au rythme de l’orchestre céleste. 
  • Ne pense plus a rien, rien qu’à notre danse. 
  • Laisse ton corps se mêler au  mien, 
  • Et danser avec tendresse sur la lune.
  •  
  • Regarde les étoiles qui s’enlacent et s’embrasent 
  • Brillantes de mille feux : elles sont si bien. 
  • Vois au loin l’orage qui, pour toi et moi, 
  • éclate en mille feux d’artifices. 
  • L’univers entier a pris un air de fête pour nous recevoir. 
  • Oublie tout, fermes les yeux 
  • Et, sur la lune, danse des slows avec moi toute cette nuit. 
  • Enlacés, joue contre joue, sous le regard de la lune rouge. 
  • Allons et dansons sur la lune.
  •  
  • Et sans ce rythme féerique, je veux 
  • sentir la chaleur de mon souffle sur ton cou. 
  • Suspendue à tes lèvres je goûterais ta sève, 
  • Doucement sur la pointe de nos cœurs nous goûterons ce bonheur, 
  • Nous fermerons nos cœurs pour cause d’inventaire. 
  • Et nous partirons au loin sur une nouvelle étoile 
  • Qui brillera dans nos firmaments. 
  • N’ai pas peur, laisse toi faire. 
  • Serres moi fort contre ton cœur 
  • Et fait moi danser … danser … danser … 
  • Danser sur la lune …
  • Solédane 

Danser sur la lune dans Poeme Sceau1

Publié dans:Poeme, tendresse |on 4 juillet, 2007 |20 Commentaires »

Prière du matin

j2fy8b6a.jpg

  • Notre père qui est au bureau, 
  • Que le travail soit léger, 
  • Que les patrons partent en vacances, 
  • Que notre volonté soit faite 
  • Au bureau comme à la maison. 
  • Donne-nous aujourd’hui un jour de congé, 
  • Une semaine de récupération, 
  • Et un mois de réflexion. 
  • Pardonne-nous nos absences, 
  • Comme nous pardonnons aussi, 
  • A ceux qui nous font travailler. 
  • Ne nous soumet pas aux observations, 
  • Aux baisses de salaires, 
  • Aux embargos et aux heures supplémentaires. 
  • Mais délivre-nous de cet enfer. 
  • Car c’est à toi qu’appartient le pouvoir 
  • D’augmenter notre salaire et nos jours de congé, 
  • Tout en diminuant notre travail, 
  • Amen. 
Publié dans:Humour |on 3 juillet, 2007 |32 Commentaires »

Un Eden de larmes

edendeslarmes1.jpg

  • Si chaque larme n’était que souffrance
  • Alors je n’arrêterais pas de souffrir, mais…
  • récemment, j’ai visité un Eden de larmes.
  • Une larme cache tant de choses inexprimées.
  • Il y a les larmes de détresse, celles qui coulent,
  • Barbares et acides comme
  • Cette rivière qui creuse son lit
  • sur vos joues telle une vague perfide.
  • Cette pluie qui ravage votre âme, votre cœur.
  • Celle pour qui demain est encore trop loin.
  • Il y a les larmes de tendresse
  • Celles qui viennent du cœur, qui illuminent vos sourires
  • Cette mélodie de chaleur pour un enfant qui joue
  • Pour ce vieux couple qui se donne la main
  • Pour une pensée envers l’être aimé.
  • Petite onde dorée que tout le monde voudrait recueillir.
  • Il y a aussi les larmes d’amour,
  • Soudainement venues de l’intérieur,
  • à la valeur inestimable tant elles sont pures.
  • C’est un trésor criant de vérité lorsqu’elles murmurent dans le silence
  • à l’être aimé son bonheur dans la fusion des corps.
  • Ces petites perles d’amour qu’aucun mot ou geste ne peuvent traduire.
  • Rivière d’or ; ni achetée, ni volée mais offerte à son bien aimé.
  • Dans cet Eden de larmes, j’ai appris,
  • qu’une larme c’est la force du cri d’un regard.
  • Qu’elles soient de tristesse, de tendresse ou d’amour,
  • La source ne se tarie jamais,
  • elles sont si importantes dans notre vie.
  • Nous avons besoin de ces larmes, 
  • Il n’y a nulle honte à les laisser couler
  • Car où coule une larme il y a toujours un cœur qui vibre
  • et ne demande qu’à s’exprimer.
  • Solédane. Un Eden de larmes   dans tendresse Sceau1
Publié dans:tendresse |on 1 juillet, 2007 |19 Commentaires »
12345

Les amis d'Athéna |
La Rose Rouge |
CONCOURS LITTERAIRES 17 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ma spiritualité, ma poésie ...
| MAAT MA MUSE et la poésie t...
| cristal chronique utopique