Archive pour juillet, 2007

Minou ma chatte

 talonsaiguilles.bmp

J’ai une superbe chatte,
t
out en elle m’épate,
A propos, je ne vous l’avais jamais décrite au paravent,
d
istraction de ma part évidemment.
Chaque matin elle m’appelle avec attention,
p
our que j’assume mes fonctions.

Tous les jours il faut lui faire sa toilette,
r
afraîchir les petits coins et recoins,
Car cette demoiselle si coquette,
c
ompte bien faire du charme au besoin.
Suffit qu’on la touche,
pour qu’elle se couche,
c‘est qu’elle en redemande cette grande gourmande.
Des caresses  sans cesse, des câlins en abondance
Mieux vaut la caresser dans le sens du poil,
aux riques de lui faire dresser les poils,
Pour que d’un coup de patte habile,
vous assène de ses griffes non moins dociles.
Alors là, c’est la cata… la catastrophe, 
son  oeil de chatte vous apostrophe.
Elle est tellement mignonne
que je lui pardonne.
Que voulez-vous, le temps a fait des ravages,
elle aussi a pris de l’âge.
Mais, où ai-je la tête, j’ai oublié de vous dire que ma chatte est grise…
Ah, ça vous fait sourire… sans doute une méprise.
Non, ce n’est pas un chat de gouttière affreux.
Mais un adorable et merveilleux Chartreux.

Chat… alors !

 Ecrit par Myrabeille… elle promet j’ai trouvé super pour un début

Un nouveau blog que je viens de découvrir n’hésitez pas …

http://myrabeille.unblog.fr/

Publié dans:Non classé, Poeme |on 15 juillet, 2007 |5 Commentaires »

Liberté

6750m01a.gif

Bonjour à tous 

  • Je viens de recevoir un poème par mail 
  • Signé  « LUI » merci beaucoup ami virtuel 
  • je voulais vous en faire profiter ^^ 
  • Il me ressemble un peu… 
  • La vie n’est pas toujours facile, car… 
  • J’adore rigoler mais ; c’est risquer de paraître un peu fou. 
  • Je  pleure de temps en temps mais ; sangloter c’est me montrer trop sentimental. 
  • J’aime bavarder, mais ; c’est atteindre une autre personne je risque de l’intimité. 
  • Laisser voir mes émotions oui mais ;  c’est risquer de laisser voir mon vrai moi. 
  • Exprimer mes idées, mes rêves, mes découvertes devant les autres ; c’est risquer de les perdre. 
  • Aimer d’un amour fou oserai-je car ; c’est risquer de ne pas être aimé en retour. 
  • J’espère toujours, oui mais ; c’est risquer le désespoir. 
  • J’essayer encore et encore, mais ; c’est risquer l’échec.
  • Cependant les risques doivent être pris. 
  • Car le plus grand risque dans la vie c’est de ne rien essayer 
  • Celui qui ne risque rien, n’a rien, et il n’est rien : il a confisqué sa liberté tout bêtement 
  • Moi j’ose, je prends des risques, et je suis … LIBRE 
Publié dans:Poeme |on 14 juillet, 2007 |6 Commentaires »

L’homme parfait

618291849.gif

Publié dans:Humour perso |on 14 juillet, 2007 |2 Commentaires »

Pour toi

712dfdf848.gif

Publié dans:tendresse |on 14 juillet, 2007 |4 Commentaires »

Tu crois?

8038d2033d1.gif

  • Un athée se promenait dans les bois de l’Esplanade tout en 
  • s’enthousiasmant devant la nature ; 
  • « Quels arbres majestueux, quelle adorable rivière, 
  • quels beaux animaux! » Se disait-il. 
  • Comme il marchait le long de la rivière, 
  • il entendit un grognement sourd provenant d’un buisson tout proche. 
  • Il jeta un oeil dans cette direction et vit un énorme grizzly de plus 
  • de 2 m de haut qui s’apprêtait à le charger. 
  •  Il courut aussi vite qu’il le pouvait dans un petit sentier, 
  • regarda par-dessus son épaule et réalisa que l’ours le talonnait. 
  • Il trébucha et tomba sur le sol. 
  • Il roula sur lui-même et comme il tentait de se relever, 
  • il vit l’ours au-dessus de lui, la patte droite prête à le frapper! 
  • À cet instant, l’athée s’écria: « Oh, mon Dieu! » 
  • Le temps s’arrêta, l’ours se figea et la forêt devint silencieuse. 
  • Une lumière vive apparut près de l’homme et une voix vint du ciel : 
  •  « Tu as nié mon existence durant toutes ces années et 
  • attribué la Création à un accident cosmique. 
  • Dois-je t’aider à te sortir de cette situation? 
  • Crois-tu que je puisse te considérer comme un croyant? » 
  • L’athée regarda vers la lumière et répondit humblement : 
  • « Je crois qu’il serait hypocrite de ma part de vous demander 
  • de me considérer comme un bon croyant, 
  • mais peut-être pourriez vous rendre l’ours … pratiquant? Svp mon Dieu » 
  • « Très bien », dit la voix.  
  •  La lumière s’éteignit, la forêt reprit son chant, 
  • l’ours descendit sa patte, se pencha la tête et tout benoîtement 
  • joignit ses deux pattes en murmurant :    «Seigneur, bénissez ce repas que je vais prendre Amen.»

Publié dans:Humour perso |on 14 juillet, 2007 |6 Commentaires »

Les mosquitos de ma nuit

d9c584hc.gif

  • Il est tard, envie de dormir. 
  • Je me glisse dans mon lit 
  • Mes paupières sont lourdes                                                                                                     
  • Je vais m’endormir rapidement 
  • Pourtant … 
  • Je sens une présence, je ne suis pas seule 
  • Tu es là, prêt à me bondir dessus. 
  • Horrible monstre. 
  • La guerre est déclarée, je vais te tuer. 
  • Comment dormir quand l’ennemi est là 
  • Employer la ruse, ne pas bouger, observer 
  • Je vais lui monter qui est le maître ici… 
  • Je te vois sur le mur, il me nargue 
  • me faisant des pieds de nez. 
  • Zut ce n’est pas vrai, vous êtes deux ! 
  • Je viens de me faire mordre le pied 
  • Aïe ! ça pique, mon orteil est tout gonflé. 
  • Bon je suis fâchée, je vais sortir l’artillerie lourde 
  • Ami aspirateur, viens à mon secours. 
  • Ah ils ne la jouent pas soft avec moi 
  • Et bien  je vais vous la jouer autrement. 
  • J’appuie sur le bouton c’est partit… 
  • Et de un ! Super, cela m’a prit 2 secondes. 
  • Horrible monstre, 
  • Te voila dans le sac. 
  • Où est donc ton complice, ce lâche ? 
  • Je l’entends, il n’est pas loin. 
  • Te voilà ! … Ne pas bouger …  je vais l’avoir. 
  • Une seconde d’inattention et c’est toi qui m’a eu ! 
  • Il vient de me mordre dans le cou… 
  • Et pour couronner le tout 
  • Dehors l’orage gronde lançant des éclairs démesurés 
  • Qui illuminent  le ciel et, dans la seconde, me voila dans le noir. 
  • Panne d’électricité … c’est toi qui gagnerais ? 
  • Épuisée, les paupières lourdes, mon corps est à ta merci, 
  • horrible monstre. 
  • Mosquito, je n’endors, je te laisse à ton pique- nique.
  •  
  • Bonne nuit, Solédane … 

Les mosquitos de ma nuit  dans Histoire d'une vie Sceau1

Publié dans:Histoire d'une vie |on 12 juillet, 2007 |20 Commentaires »
12345

Les amis d'Athéna |
La Rose Rouge |
CONCOURS LITTERAIRES 17 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ma spiritualité, ma poésie ...
| MAAT MA MUSE et la poésie t...
| cristal chronique utopique