Le voleur,

train1b.jpg 

  • Un jour, j’attendais mon train dans la cafétéria de la gare ; dans la boutique juste a coté, je venais d’acheter un livre, un petit paquet de biscuits secs. 
  • Je sirotais une eau grenadine. 
  • Bien qu’absorbée dans ma lecture, je m’aperçus que l’homme a coté de moi,l’insolent, me prenait un biscuit que je venais d’acheter. 
  • Je fis semblant de ne rien voir, pour éviter un esclandre fâcheux en public. 
  • Je lisais, mangeais des biscuits et surveillais le départ de mon train, tandis que le voleur de biscuits dévorait encore et toujours mes gâteaux secs. 
  • J’étais de plus en plus agacée a mesure que le temps passait :« si je n’étais pas aussi aimable je le giflerais ». 
  • Chaque fois que je prenais un biscuit, il se servait. 
  • Maintenant il n’en reste qu’un seul, je me demande comment il va réagir? 
  • L’air content, il eut un petit sourire nerveux, puis il pris le dernier biscuit, le cassa en deux, et m’offrit une moitié et mangea sa part ! 
  • Je n’en revenais pas, ce bon a rien avait quand même du culot et de plus, il ne me dit même pas merci ! 
  • Je ne me rappelais pas avoir été aussi agacée depuis longtemps. 
  • Je suis contente mon train est annoncé, rassemblant mes affaires, sans même regarder l’ingrat voleur, je pris mon train. 
  • Une fois a bord et confortablement installée, je repris mon livre. 
  • En fouillant dans mon sac, je fus estomaquée, mes biscuits étaient là, sous mes yeux abasourdis. 
  • Si mes biscuits sont ici, désespoir, honte… alors les autres que je venais de manger était les siens que je lui avais volés et qu’il avait bien voulu partager avec moi ! 
  • Trop tard pour m’excuser, je me rendis compte malheureusement que c’était moi la voleuse ! 
  • Cet homme si gentil avait partagé avec moi ses biscuits avec le sourire et moi de mon coté croyant que c’était les miens faisais grise mine.
  • Ô miroir mon beau miroir !… combien de fois dans notre vie accusons nous les autres, alors que l’on ne remarque même pas ce que nous leur faisons.  
  • Depuis ce jour, je fais doublement attention aux gens qui m’entourent pour ne plus les blesser.   
Publié dans : Histoire d'une vie |le 9 juillet, 2007 |23 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

23 Commentaires Commenter.

1 2 3
  1. le 9 juillet, 2007 à 10:17 rissia écrit:

    HOOO c’est mignon cette histoire c’est drôlement jolie se qui t’arrivée, j’aime beaucoup ton texte, et bravo de belle histoire comme sa s n’arrive pas a tout le monde…………

    Excellente journée

  2. le 9 juillet, 2007 à 10:32 toile écrit:

    Un train partage le rail
    Et tracte les vagues « on »
    Transporte des « je »
    Qui des fois vois le « tu »
    Pour mettre en berne leurs je
    Et j’en ai même vu qui
    Laisse leurs « je « a la maison
    Il voyage plus léger

    Dernière publication sur Toile : Je ne t' écrirai plus //

  3. le 9 juillet, 2007 à 10:33 toile écrit:

    j’aime soledane belle histoire a méditer

    bisoux

    Dernière publication sur Toile : Je ne t' écrirai plus //

  4. le 9 juillet, 2007 à 12:09 Mario écrit:

    Bonjour mon soleil

    De ville en ville je te suis sur les rails de tes écrits
    Waouh je t’adore toujours aussi doux à lire
    plein d’émotions et de surprises.
    Grâce a toi j’ai découvert le blog de toile cool
    Perla aussi j’aime bcp.
    Rissia trop bien ^^
    Et bcp d’autre mais je dois encore aller les visiter.
    A bientôt mon petit soleil
    Bisous

  5. le 9 juillet, 2007 à 12:11 Serge écrit:

    Bonjour soléd
    ha je ne me lasse pas de venir toujours autant d »émotions
    Merci mon petit soleil
    Amitié

  6. le 9 juillet, 2007 à 12:14 Esperance écrit:

    je suis de retour de vacance
    j’étais pressé de venir te lire et comme je vois j’ai bcp a lire
    vraiment tres cool …
    et toi , tu pars en vacance??
    tu es comme tjs un besoin pour moi, continue d’ecrire soled
    je suis pendu a ta plume
    Merci d’etre là pour moi
    Amitié

  7. le 9 juillet, 2007 à 12:19 Marc Dolio écrit:

    toujours un plaisir de venir te rejoindre sur ton blog
    que de beaux voyages j’ai deja fais avec toi
    merci tu es magique pour mon évasion
    Amitié

  8. le 9 juillet, 2007 à 13:05 toile écrit:

    Si on voit de la lumiére au bout du tunnel

    ce ne peut être qu’un train qui arrive

    Dernière publication sur Toile : Je ne t' écrirai plus //

  9. le 9 juillet, 2007 à 15:12 toile écrit:

    il n’est pas de moi je l’ai pris a tigresse

    Son blog et toute l’équipe est sur mon lien

    le bar le satamania

    bisoux soledane je trouve cette poésie magique

    Tigresse
    Posté le 09/07/2007 à 12:05
    Je l’ai vu…

    Je l’ai vu de mes yeux vu
    Il l’a caréssée du regard
    Puis joignant à la vue
    Ses gestes de tout son art

    J’étais là en retrait
    J’assistais à la scène
    Mais il ne me voyait
    Il profitait de l’aubaine

    Je l’ai vu poser sur elle
    Ses mains en délicatesse
    De ces gestes qui cellent
    Entre les mots la tendresse

    J’étais là tapie dans l’ombre
    Elle était fier et si belle
    De ses gestes sans encombre
    Rallumaient un étincelle

    Je l’ai vu attentionné
    La toucher en doceur
    Moi de loin j’assistais
    A un tableau en couleur

    J’étais prète à photographier
    Quitte à passer pour une voyeuse
    Je voulais immortaliser
    Cette scène amoureuse

    Je l’ai vu se retourner
    Tout d’un coup vers moi
    Alors j’ai photographié
    Ma photo la voilà…

    Son sécateur en main
    Devant moi il se tennait
    Mais vous vous croyez malins?
    Ce n’était là qu’un rosier…

    Nandy le 08/07/07

    Dernière publication sur Toile : Je ne t' écrirai plus //

  10. le 9 juillet, 2007 à 17:48 soledanes écrit:

    Merci JP je vais venir tout a l’heure pour voir le lien sur ton blog
    merci pour tes recherches tu nous en donne plein le coeur c’est super
    Amitié

1 2 3

Laisser un commentaire

Les amis d'Athéna |
La Rose Rouge |
CONCOURS LITTERAIRES 17 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ma spiritualité, ma poésie ...
| MAAT MA MUSE et la poésie t...
| cristal chronique utopique