Archive pour le 9 juillet, 2007

Le voleur,

train1b.jpg 

  • Un jour, j’attendais mon train dans la cafétéria de la gare ; dans la boutique juste a coté, je venais d’acheter un livre, un petit paquet de biscuits secs. 
  • Je sirotais une eau grenadine. 
  • Bien qu’absorbée dans ma lecture, je m’aperçus que l’homme a coté de moi,l’insolent, me prenait un biscuit que je venais d’acheter. 
  • Je fis semblant de ne rien voir, pour éviter un esclandre fâcheux en public. 
  • Je lisais, mangeais des biscuits et surveillais le départ de mon train, tandis que le voleur de biscuits dévorait encore et toujours mes gâteaux secs. 
  • J’étais de plus en plus agacée a mesure que le temps passait :« si je n’étais pas aussi aimable je le giflerais ». 
  • Chaque fois que je prenais un biscuit, il se servait. 
  • Maintenant il n’en reste qu’un seul, je me demande comment il va réagir? 
  • L’air content, il eut un petit sourire nerveux, puis il pris le dernier biscuit, le cassa en deux, et m’offrit une moitié et mangea sa part ! 
  • Je n’en revenais pas, ce bon a rien avait quand même du culot et de plus, il ne me dit même pas merci ! 
  • Je ne me rappelais pas avoir été aussi agacée depuis longtemps. 
  • Je suis contente mon train est annoncé, rassemblant mes affaires, sans même regarder l’ingrat voleur, je pris mon train. 
  • Une fois a bord et confortablement installée, je repris mon livre. 
  • En fouillant dans mon sac, je fus estomaquée, mes biscuits étaient là, sous mes yeux abasourdis. 
  • Si mes biscuits sont ici, désespoir, honte… alors les autres que je venais de manger était les siens que je lui avais volés et qu’il avait bien voulu partager avec moi ! 
  • Trop tard pour m’excuser, je me rendis compte malheureusement que c’était moi la voleuse ! 
  • Cet homme si gentil avait partagé avec moi ses biscuits avec le sourire et moi de mon coté croyant que c’était les miens faisais grise mine.
  • Ô miroir mon beau miroir !… combien de fois dans notre vie accusons nous les autres, alors que l’on ne remarque même pas ce que nous leur faisons.  
  • Depuis ce jour, je fais doublement attention aux gens qui m’entourent pour ne plus les blesser.   
Publié dans:Histoire d'une vie |on 9 juillet, 2007 |23 Commentaires »

Les amis d'Athéna |
La Rose Rouge |
CONCOURS LITTERAIRES 17 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ma spiritualité, ma poésie ...
| MAAT MA MUSE et la poésie t...
| cristal chronique utopique