Archive pour le 23 mai, 2007

L’amour

nh88o6sm.gif

Publié dans:amour |on 23 mai, 2007 |3 Commentaires »

Là où je t’emmènerais,

femme100.jpg

  • Donne moi la main, laisse moi te guider ;
  • là où je t’emmènerais, il n’y a pas de guerre.  
  • Viens avec moi, j’ai tant de beauté à te montrer.  
  • Là où je t’emmènerais, il y aurait l’océan ;
  • de si belles plages de sable blanc,
  • l’air y serait pur et devant nous,
  • à en perdre la vue,
  • nous nous mirerions dans une eau limpide teintée de mille bleus.  
  • Les pieds dans l’eau on marcherait des heures,
  • la mer chanterait pour nous.  
  • Le soir on demanderait à la lune de nous éclairer et tout contre toi nous reposer.
  • Donne moi la main, laisse moi te guider, là où je t’emmènerais.  
  • Viens avec moi, j’ai tant de pureté à te montrer.  
  • Là où je t’emmènerais,
  • il y a la forêt, des ruisseaux,
  • et de si extraordinaires cascades ;  
  • Il y  aurait aussi de magnifiques oiseaux aux plumages étincelants…  
  • Main dans la main on cheminerait lentement et nos cœurs se raconteraient nos vies.  
  • Au soir on plongerait dans cette eau limpide si chaude encore d’un crépuscule d’été.  
  • Nos mains découvriraient la douceur de nos corps, seuls, loin du monde, on s’enlacerait.  
  • Tu allumerais un feu pour nous tenir chaud et dans tes bras je me blottirais, ensemble on s’endormirait.
  •   
  • Donne moi la main,
  • laisse moi te guider, là ou je t’emmènerais.  
  • Viens avec moi j’ai tant d’amour à te donner.  
  • Là où j’irai avec toi,
  • il y a un pays fabuleux fait de douceur et de pureté.  
  • Fait de monts, vallées et cascades tout a la fois,
  • on y goûterait des saveurs inconnues.  
  • Laisses-toi naviguer avec moi,
  • viens découvrir le pays de mon corps, viens t’y blottir, t’y protéger.   
  • Ô effacer l’univers entier,
  • t’emmener là où tout est bonheur, où le monde  est toujours en paix.  
  • Laisse ton âme vagabonde voyager,
  • ton cœur battre et se réchauffer dans mon corps.  
  • Donne moi la main, 
  • ensemble on partirait et laissant ton âme se dévoiler,  
  • je t’emmènerais.  

Là où je t’emmènerais, dans Poeme Sceau1

  • C’est en écoutent le paroles de cette belle chanson de Florent Pagny que ma main a commencer d’écrire.
  • Image de prévisualisation YouTube 
Publié dans:Poeme, tendresse |on 23 mai, 2007 |4 Commentaires »

Les amis d'Athéna |
La Rose Rouge |
CONCOURS LITTERAIRES 17 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ma spiritualité, ma poésie ...
| MAAT MA MUSE et la poésie t...
| cristal chronique utopique