Le soleil se couche,

6111.jpg

  • Le soleil se couche, faisant place aux étoiles, aux astres, à la lune.
  • Le silence m’entoure, une odeur de bois mêlé d’un parfum de fleurs  m’enivre.
  • La ville c’est endormie, j’ai l’impression d’être partie beaucoup trop loin de la civilisation.
  • Mais non je suis dans mon jardin et sur mon banc je viens m’asseoir.
  • Le firmament est laiteux, il va bientôt pleuvoir je le sens.
  • J’aime regarder le ciel, j’y vois plein de formes, des visages et je rêve.
  • Rêveries où je cherche, je ne sais quoi !
  • Entre deux nuages je te vois, tu me souris, qui es tu ?
  • Une méprise ? Un ange ? Ou simplement le fruit de mon imagination ?
  • Mais je te vois, le noir pâlit, le gris devient rose.
  • Le temps s’est arrêté, les fleurs fanées renaissent,
  • les oiseaux font entendre leurs chants mais…
  • Un vent léger se lève, et un nuage te cache à mes yeux.
  • Instant trop court pour te découvrir …
  • Mes yeux  te  fixent encore, j’ai besoin de te retrouver.
  • Doucement je te vois là de nouveau devant moi, le visage changé, tu as l’air triste.
  • Tu me fixes maintenant, toi aussi tu me vois,  ce n’est pas un rêve !
  • Une rafale vient secouer mes cheveux d’ébène, le vent se déchaîne,
  • Au loin le tonnerre gronde, l’orage va bientôt  éclater.
  • Et sur mes épaules dénudées, tu viens de jeter les gouttes encore tièdes d’une journée ensoleillée.
  • J’aime l’ondée sur ma peau, je n’ai pas envie de renter.
  • Pourtant les éléments se déchaînent, le ciel va bientôt se déchirer. 
  •  Des branches près de moi sont tombées, le ciel se lacère de mille feux,
  • Maintenant la nuit vient de te recouvrir je ne te vois plus, 
  •  mais je sais que tu es là; l’averse continue de tomber.
  • J’ai vu enfin  le visage espiègle de Dame Pluie,
  • Mon corps vibre encore au souvenir de cette soirée.
  • Il ne me reste plus qu’à aller me sécher.
  • Mais plus vite que le temps, je reviendrais réchauffer mon corps sous le regard ardent de Messire Soleil.
  • Solédane   Le soleil se couche, dans Poeme Sceau1
Publié dans : Poeme, tendresse |le 12 mai, 2007 |4 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

4 Commentaires Commenter.

  1. le 15 mai, 2007 à 16:50 Antoine écrit:

    Bonsoir solédane
    Joli récit que celui là, j’aime bien ton imagination et l’on y trouve tout les details
    j’ai vraiment l’impressions d’etre pres de toi en plein orage c’est magique ta façon d’écrire.
    Continue j’adore te lire, merci Solédane d’etre là pour nous
    Bisous, amitiés
    Antoine De la Gressez

  2. le 15 mai, 2007 à 17:07 Calimero écrit:

    Salut ma douce Solédane
    trop bien expliqué ton orage et ta tempete j’aime beaucoup tu donnes toujours beaucoup de détails dans tes ecrits et je ne suis pas le seul a le dire enfin jéspere j’ai l’impression d’etre pres de toi…
    J’ai la nette impression que c’est un film que je regarde trop cool
    enfin c’est juste mon idée
    Continue d’en faire d’aussi beaux car j’ai un besoin reel de te lire
    Merci Solédane

  3. le 15 mai, 2007 à 20:31 soledanes écrit:

    bonsoir Antoine
    merci bcp pour ton com.
    ton message me fait du bien , je vais continuer ne t’inquiet pas
    Bisous

  4. le 15 mai, 2007 à 20:34 soledanes écrit:

    Salut Calimero
    merci pour ton com. c’est tres gentil
    j’en fais d’autres ne t’inquiet pas
    Amitiés

Laisser un commentaire

Les amis d'Athéna |
La Rose Rouge |
CONCOURS LITTERAIRES 17 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ma spiritualité, ma poésie ...
| MAAT MA MUSE et la poésie t...
| cristal chronique utopique